CONTACT

Pour contacter le père Robert Culat, aumônier de la communauté, vous pouvez:

1°/ Lui téléphoner au +45 26 70 46 76

2°/ Ou bien lui écrire un e-mail à l'adresse suivante:
rob68.bellarmin@wanadoo.fr

La messe du dimanche est habituellement célébrée à 11h30. En juillet et en août pas de messes en français (pour plus de précisions dans les dates consulter les infos données avant chaque été sur le blog). L'église de Sakramentskirken est située dans le quartier de Norrebro près des lacs (NORREBROGADE 27).

Chaque année scolaire des groupes de CATÉCHISME et d’aumônerie sont proposés aux enfants et aux jeunes de l'école française Prins Henrik mais aussi à ceux qui sont scolarisés ailleurs. Les enfants et les jeunes peuvent se préparer dans le cadre de ces groupes au baptême, à la première communion et à la confirmation. Renseignements auprès du père Robert (rob68.bellarmin@wanadoo.fr).

AVIS concernant les demandes d'aide (très nombreuses) pour trouver un logement à Copenhague.
Il n'y a pas de foyers de l'Eglise catholique (1% de la population) pour les jeunes étudiants à Copenhague. Il est par conséquent inutile d'écrire à l'aumônier de la communauté pour trouver un logement (il ne travaille pas dans une agence immobilière!).







lundi 23 février 2015

Livre du père Robert: Méditations bibliques sur les animaux


http://www.chapitre.com/CHAPITRE/fr/BOOK/culat-robert/meditations-bibliques-sur-les-animaux,66654549.aspx

Le livre Méditations bibliques sur les animaux se situe au carrefour de la théologie biblique, de la philosophie, de l’écologie et de questions d’actualités comme celle de l’industrie de la viande.
Ce livre se déploie sous la forme de 24 méditations ou tableaux bibliques dont 15 pour l’Ancien Testament et 9 pour le Nouveau Testament. Une importance particulière est accordée aux deux premiers chapitres de la Genèse (méditation 1) ainsi qu’au livre des Psaumes (méditation 15). Deux annexes montrent comment le message biblique sur le thème de la relation hommes/animaux est traité dans les catéchismes et comment la théologie de la création est présente dans la liturgie.
Au regard d’une actualité chargée dans le domaine de l’élevage industriel (depuis l’affaire de la « vache folle » en passant par l’évolution récente du statut de l’animal dans le Code civil jusqu’à la « ferme usine des 1000 vaches ») et des défis éthiques et écologiques posés par l’industrie de la viande et la surconsommation de produits d’origine animale, ce livre a pour but de revisiter la notion biblique d’anthropocentrisme ainsi que la théologie de la création, trop oubliée dans l’enseignement ordinaire de l’Eglise. Les textes bibliques, en particulier les textes fondateurs de la Genèse, sont la source d’une sagesse précieuse concernant la relation de l’homme aux animaux. Si la Bible affirme la place centrale de l’homme dans le dessein créateur de Dieu, elle ne lui donne pas pour autant le droit de faire ce qu’il veut du don de la création. Si l’homme est au centre, ce n’est pas pour se comporter en dictateur capricieux, encore moins en oppresseur et en destructeur de la création et des autres créatures. Le message biblique enseigne au contraire à l’homme la voie de la solidarité entre les créatures et celle d’une responsabilité de la part de l’homme qui implique toujours le respect pour la création divine ainsi que pour la vie sous toutes ses formes, y compris la vie animale. Le végétarisme est habituellement associé au bouddhisme. Il est temps pour les chrétiens de redécouvrir que les textes fondateurs de leur foi et le fonctionnement scandaleux de l’industrie de la viande depuis les années 60 les invite eux aussi à devenir végétariens, ou au moins à réduire leur consommation de viande, pour des raisons écologiques et pour le respect dû à la vie des animaux, qui sont, eux aussi, des créatures de Dieu. Le rapport entre l’homme et les animaux fait pleinement partie de l’éthique et un chrétien doit se laisser interpeller par le message biblique aussi dans ce domaine. Comme l’affirme Thomas Lepeltier notre siècle sera peut-être celui de La révolution végétarienne[1].



[1] Editions Sciences humaines / Accent aigu (2013)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire